LED et vision

Des études épidémiologiques montrent que l’exposition intense au soleil pendant l’enfance peut augmenter le risque de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), première cause de cécité des plus de 50 ans.

Dr Ali­cia Tor­ri­glia, INSERM, Centre de Recherche des Cor­de­liers

Eclairage par diodes électroluminescentes (LED) : quel est le problème ?

Des études épi­dé­mio­lo­giques montrent que l’exposition intense au soleil pen­dant l’enfance peut aug­men­ter le risque de dégé­né­res­cence macu­laire liée à l’âge (DMLA), pre­mière cause de céci­té des plus de 50 ans. L’apparition récente de l’éclairage par LED (diodes élec­tro­lu­mi­nes­centes) relance le pro­blème de la toxi­ci­té de la lumière pour la vision. La rai­son est la sui­vante : les ampoules LED sont puis­santes et contiennent une forte pro­por­tion de lumière bleue. D’ailleurs, l’Agence natio­nale de sécu­ri­té sani­taire de l’alimentation, de l’environnement et du tra­vail (ANSES) a émis un rap­port en 2010 indi­quant le besoin d’études expé­ri­men­tales appro­fon­dies sur la ques­tion, en par­ti­cu­lier en ce qui concerne les effets à long terme. Un second rap­port doit être pro­duit sous peu.

Eclairage par diodes électroluminescentes (LED) : effets sur la rétine

Les études que nous avons menées sur le sujet dans notre labo­ra­toire indiquent que l’exposition répé­tée à faible inten­si­té peut induire des dom­mages dans la rétine qui peuvent s’accumuler avec le temps. Il est pos­sible, notam­ment, qu’un vieillis­se­ment accé­lé­ré de la rétine, dû à l’exposition à une lumière très riche en bleu, puisse faire appa­raître plus pré­co­ce­ment les mala­dies liées à l’âge telles que la DMLA. Tel pour­rait être le dan­ger d’une expo­si­tion conti­nue à la lumière bleue. Il faut donc pro­mou­voir les études sur le vieillis­se­ment des cel­lules de l’œil induit par ces sources lumi­neuses, pour com­prendre leurs effets sur la rétine et évi­ter, dans le futur, des baisses de vision dans la popu­la­tion.

Eclairage par LED : quelles ampoules choisir ?

En atten­dant, et en l’absence d’autres options, il faut pré­fé­rer les LED de faible tem­pé­ra­ture de cou­leur (2700 – 3000K) à celles de forte tem­pé­ra­ture (4000 – 6000K) – la tem­pé­ra­ture de cou­leur s’exprime en kel­vins (K) avec 273 K=0°C. Les ampoules à faible tem­pé­ra­ture de cou­leur four­nissent une lumière plus chaude, plus jaune, conte­nant moins de lumière bleue que les ampoules à forte tem­pé­ra­ture de cou­leur qui ont une lumière bleu­tée, donc plus riche en lumière bleue. Cette option semble plus inté­res­sante que les pro­tec­tions four­nies par les lunettes dotées de verres fil­trants, à moins qu’il s’agisse de verres jaunes ou orange uti­li­sés comme pro­tec­tion spé­ci­fique de la lumière bleue. Ces types de verres sont effi­caces mais, de par leur teinte, ils modi­fient la per­cep­tion des cou­leurs.

Pour aller plus loin :

Soutenez-nous : partager cet article

Partagez nos articles aide à faire connaitre la recherche et récolter des dons pour lutter contre les différentes pathologies de l'oeil.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur print
Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *