Des début de l’imagerie rétienne

Pr. Gisèle Soubrane – PRÉSIDENTE DU CRO
Pr. Gisèle Sou­brane – PRÉSIDENTE DU CRO

Le diag­nos­tic pré­cis d’une mala­die requiert dans tous les cas un exa­men com­plet. Celui des mala­dies cho­rio-réti­niennes n’y déroge pas. La confron­ta­tion de l’examen cli­nique avec les résul­tats des dif­fé­rentes moda­li­tés d’imagerie du fond d’œil et des inves­ti­ga­tions fonc­tion­nelles consti­tuent une base néces­saire. Les anté­cé­dents per­so­nels et fami­liaux peuvent orien­ter les recherches.

Cer­tains signes géné­raux tels que l’obésité asso­ciée à une poly­dac­ty­lie orientent vers un diag­nos­tic de mala­die de Bar­det- Biedl qui sera confir­mé par l’examen atten­tif du fond d’œil et par l’atteinte mar­quée de l’ERG qui orien­te­ront l’examen géné­tique.

L’invention en 1851 de l’ophtalmoscope par Helm­holtz a consti­tué une étape fon­da­men­tale. L’observation directe du fond d’oeil a per­mis la réa­li­sa­tion de des­sin extrê­me­ment pré­cis. Cer­tains des pre­miers atlas sont de véri­tables œuvres d’art qui per­mettent encore de poser un diag­nos­tic exact. Les pre­miers essais de Guilloz en 1893 de pho­to­gra­phie, puis la camé­ra de fond d’œil de Dim­mer en 1907 ont conduit au déve­lop­pe­ment par Gert Litt­man de la camé­ra de Zeiss en 1954. La pho­to­gra­phie a alors pra­ti­que­ment rem­pla­cé le des­sin.

La fluo­res­céine a été intro­duite en oph­tal­mo­lo­gie en 1881 par Paul Ehr­lich. En 1945, Amsler l’emploie pour étu­dier les bar­rières à la dif­fu­sion du sérum dans l’œil mais n’a pas exa­mi­né le fond d’œil. Dom­mage…

Ce sont Novot­ny et Alvis qui ten­tant de déve­lop­per une tech­nique objec­tive de mesure des temps de cir­cu­la­tion bras-rétine, adaptent une camé­ra Zeiss avec des filtres adap­tés et réa­lisent la toute pre­mière angio­gra­phie fluo­res­céi­nique chez l’homme. La des­crip­tion de leur tech­nique a été refu­sée par l’American Jour­nal of Oph­thal­mo­lo­gy en 1960 mais accep­tée par Cir­cu­la­tion en 1961. Grâce à Dol­le­ry et à d’autres, l’angiographie fluo­res­céi­nique a révo­lu­tion­né l’examen du fond d’œil. Prin­ci­pa­le­ment, Gass de Mia­mi a non seule­ment décrit et ana­ly­sé des mala­dies connues mais aus­si envi­sa­gé de nou­veaux méca­nismes de leur sur­ve­nue. Un grand nombre de nou­velles atteintes réti­niennes ont aus­si été iden­ti­fiées.

Ce déve­lop­pe­ment tech­nique a offert des infor­ma­tions qui ont per­mis aux oph­tal­mo­lo­gistes de pro­gres­ser dans leurs connais­sances de la patho­gé­nie des dif­fé­rentes affec­tions réti­niennes et cho­roi­diennes. Mais seule l’analyse soi­gneuse d’images de haute qua­li­té par des indi­vi­dus com­pé­tents per­met de rete­nir les élé­ments qui com­plètent le puzzle de la séquence évo­lu­tive d’une mala­die. Dans nos labo­ra­toires, comme dans nos cli­niques, nous comp­tons sur l’intérêt de spé­cia­listes de nom­breuses dis­ci­plines : sta­tis­ti­ciens, bio­chi­mistes, immu­no­logues, inter­nistes, radio­logues et radio­thé­ra­peutes, patho­lo­gistes, géné­ti­ciens…

Cette col­la­bo­ra­tion étroite entre les dif­fé­rentes dis­ci­plines qui n’est pos­sible qu’avec le sou­tien et la géné­ro­si­té de cha­cun d’entre vous per­met l’avancée de la connais­sance. Soyez assu­ré de notre gra­ti­tude et de celle de tous nos patients.

Soutenez-nous : partager cet article

Partagez nos articles aide à faire connaitre la recherche et récolter des dons pour lutter contre les différentes pathologies de l'oeil.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur print
Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *