La rétinopathie diabétique

Dr Elo­die Bos­quet, Uni­ver­si­té Paris Des­cartes, Oph­tal­mo­Pôle de Paris, Hôpi­tal Cochin

La rétinopathie diabétique
La réti­no­pa­thie diabétique

En France, la réti­no­pa­thie dia­bé­tique est la pre­mière cause de céci­té chez les per­sonnes de moins de 60 ans. 

L’hyperglycémie (excès de sucre) induite par le dia­bète pro­voque des dom­mages de la paroi des vais­seaux de petits calibres de la rétine avec deux conséquences : 

-  Les vais­seaux se bouchent (réti­no­pa­thie dia­bé­tique)
- Les vais­seaux deviennent per­méables et laissent pas­ser le « sang » dans la rétine (œdème maculaire).

Le labo­ra­toire du Pr Behar-Cohen a récem­ment démon­tré que ces ano­ma­lies des vais­seaux de la rétine sont pré­cé­dées par la perte d’une par­tie des pho­to­ré­cep­teurs, qui sont les neu­rones de la rétine qui nous per­mettent de voir.

Rétinopathie diabétique

Rétinopathie diabétique : que se passe-t-il dans la rétine ?

Les vais­seaux de la rétine se bouchent à cause de l’excès de sucre dans le sang. Le ter­ri­toire de rétine qui était nour­ri par ces vais­seaux n’est plus oxy­gé­né et souffre. En réac­tion, cette rétine va pro­duire des « néo­vais­seaux » qui sont des vais­seaux san­guins nou­vel­le­ment for­més, anor­maux et fra­giles. Ces néo­vais­seaux peuvent entraî­ner 3 types de complications :

Rétinopathie diabétique : les complications

  • Hémor­ra­gie intra­vi­tréenne : les néo­vais­seaux ont une paroi fra­gile et saignent dans la cavi­té vitréenne. Le patient res­sent alors une baisse de vision de sur­ve­nue sou­vent bru­tale (Figure 1).
  • Décol­le­ment de rétine trac­tion­nel : les néo­vais­seaux peuvent se contrac­ter et entraî­ner avec eux la rétine qui se décolle. Si le décol­le­ment se situe au niveau du centre de la rétine (macu­la) alors la vision baisse.
  • Glau­come néo­vas­cu­laire : les néo­vais­seaux peuvent enva­hir le tra­bé­cu­lum qui cor­res­pond à la trappe d’évacuation de l’eau sécré­tée par l’œil. Si la trappe est blo­quée par les néo­vais­seaux, l’eau n’est plus éva­cuée et la ten­sion de l’œil monte, entraî­nant une douleur. 
Figure 1 : Fond d’œil atteint de réti­no­pa­thie diabétique

Rétinopathie diabétique : conduite à tenir

La réti­no­pa­thie dia­bé­tique est une mala­die tota­le­ment asymp­to­ma­tique sauf quand les néo­vais­seaux entraînent des com­pli­ca­tions. Le patient dia­bé­tique peut avoir une très bonne vision sans dou­leur et avoir une réti­no­pa­thie dia­bé­tique avancée. 

Par consé­quent, un dépis­tage régu­lier (au moins tous les ans) par un oph­tal­mo­lo­giste avec la réa­li­sa­tion d’un fond d’œil ou de pho­tos du fond d’œil est essentiel. 

En cas de réti­no­pa­thie dia­bé­tique avec la pré­sence de néo­vais­seaux, un trai­te­ment par laser peut être pro­po­sé pour pré­ve­nir les complications.

Le labo­ra­toire du Pr Behar-Cohen met au point des trai­te­ments inno­vants « neu­ro­pro­tec­teurs », c’est-à-dire qui pro­tègent les neu­rones de la rétine et évitent qu’ils meurent au cours de la réti­no­pa­thie diabétique.

L’œdème maculaire (œdème de la macula)

Œdème maculaire : que se passe-t-il dans la rétine ?

Les vais­seaux de la rétine sont abî­més par l’excès de sucre et peuvent être per­méables. Le conte­nu des vais­seaux et notam­ment l’eau de ces vais­seaux s’accumule dans la rétine entraî­nant un œdème macu­laire. Cet œdème est res­pon­sable de baisse de vision, notam­ment de vision de près (figure 2).

Figure 2 : Œdème macu­laire lié au dia­bète par rap­port à une macu­la nor­male – images en tomo­gra­phie à cohé­rence optique (OCT)

 Œdème maculaire : traitement

Lorsque cet œdème entraîne une baisse signi­fi­ca­tive de la vision et que le dia­bète est bien équi­li­bré, un trai­te­ment par injec­tions intra­vi­tréennes (injec­tion au tra­vers du blanc de l’œil, la sclère) peut être pro­po­sé. Il existe à ce jour 3 médi­ca­ments qui peuvent être injec­tés dans l’œil. Ils sont effi­caces mais au prix d’injections fré­quentes (tous les mois au début), et d’un sui­vi régu­lier. D’autres trai­te­ments inno­vants sont en cours d’évaluation.

Soutenez-nous : partager cet article

Partagez nos articles aide à faire connaitre la recherche et récolter des dons pour lutter contre les différentes pathologies de l'oeil.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.